La hache d’arme

Pour rompre un peu la monotonie de l’épée seule cette semaine voici une traduction sur la hache d’arme pour le combat en armure dont le développement se trouve dans le manuscrit M-346.

L’arme utilisée est sans doute semblable à celle illustrée ci-dessous.

Deux traductions de ce texte sont disponibles sur le Web, l’une en français et l’autre en anglais (avec le texte italien).

Accia

Hache d’arme italienne, XVème siècle, Metropolitan Museum of Art (14.25.465) ; Métal et bois (chêne) ; Longueur 202,9 cm (tête 21,6 cm), largeur 24,5 cm, poids 2,608 Kg

 

MS 346 folios 23v – 26r (L’arte de la spada pp. 203 – 206)

De la hache, armé d’armure complète.

1. <B023v-1> En te trouvant contre ton ennemi avec la Hache[1] en main en garde haute avec le pied gauche devant et avec la main droite levée en haut, la main gauche se trouvant devant avec le talon[2] de la Hache, tu pourras passer avec ton pied droit en avant en lui envoyant un maindroit à la tête, incitant l’ennemi à s’en protéger avec la Hache ou avec la hampe[3], et ainsi fait, vous viendrez à vous trouver avec les hampes des Haches croisées ensembles, où tu demeureras prudent, parce que ton ennemi en voulant passer avec son pied gauche en avant pour percuter du talon de sa hache la hampe de la tienne pour ensuite frapper dudit talon la poitrine ou le visage ; tu pourras dans ce temps lever ta Hache en haut en laissant tourner en vain son coup, et soudainement lui envoyer un coup de hache[4] à la tête. Et ceci tu le feras chaque fois que tu te retrouveras avec les Haches croisées, et que ton ennemi bouge pour faire une telle action avec le talon de sa Hache.

2. <B023v-2> En te trouvant avec la hache en main contre ton ennemi avec le pied gauche devant en garde haute ou avec le droit en porte étroite de fer, tu seras prudent, parce que ton ennemi voulant attaquer ta tête avec un coup, tu passeras dans ce temps, si tu es en porte de fer, un grand pas avec ton pied gauche en avant, en ouvrant les bras bien étendus, de sorte que tu ramasses son coup sur la hampe de ta Hache entre l’une et l’autre de tes mains, en lui tournant soudainement avec la gauche le talon de ta Hache par dessus sa tête et attrape-le au cou du côté gauche, tu chercheras à le tirer de l’autre côté par force au sol ; mais soit avisé que dans ton déplacement il sera nécessaire que ta jambe gauche soit placée à l’extérieur de son côté droit.

3. <B024r-1> Mais quand tu te trouves en garde haute comme il est dit ci-dessus, et ton ennemi voulant attaquer la tête, tu passeras avec ton pied droit devant en parant le coup de la manière susdite, et ainsi tu passeras la jambe gauche en avant en faisant la même volte avec le manche[5] de ta Hache, et avec toute dextérité et force tu chercheras à le faire tomber au sol.

4. <B024r-2> Mais si d’aventure, lorsque tu veux blesser ton ennemi à la tête, il fait usage de cette même défense pour ensuite faire tourner le manche de sa Hache autour de ton cou afin de te faire tomber comme il est dit ci-dessus ; supposons que ton coup lui a été donné avec ta main droite devant, tu pourras être prudent parce que comme il aura paré ledit coup entre l’une et l’autre de ses mains comme il est dit pour vouloir te prendre au cou avec le talon, tu pourras dans ce temps, en abandonnant le manche de ta hache avec ta main gauche, prendre la hampe avec ladite main près de la Hache, et avec le talon de celle-ci tu pourras percuter le talon de celle de l’ennemi vers son côté droit ; et ainsi, en se trouvant à l’extérieur tu pourras lui pousser ensuite le talon de ta Hache dans la poitrine, ou si tu préfères, le prendre au cou et l’envoyer au sol, ou encore tu voudras reprendre le manche de ta Hache avec la main gauche et lui donner soudainement un coup de hache sur la tête.

5. <B024r-3> Tu seras encore avisé, que lorsque tu te trouves à mi-hache avec ton ennemi, tu pourras toujours avec le talon (ndt. de la hache) lui frapper un pied.

6. <B024v-1> Tu seras encore avisé de jeter à terre ton ennemi chaque fois qu’en étant dans la mêlée avec lui, tu parviens à pouvoir le prendre avec la corne de la Hache à une de ses jambes ou de ses bras, ou au cou, ou à une autre partie de sa personne.

7. <B024v-2> Aussi, tu ne devrais jamais t’abstenir, lorsque cela t’arrive, de le frapper d’une pointe dans la face, ou dans toute autre partie de la personne qui se présenterait à toi sans protection comme les testicules ou le pubis, comme il te plaît de dire.

8. <B024v-3> Si tu te retrouves contre ton ennemi avec le pied droit devant et avec la Hache placée en guise de porte étroite de fer, et qu’il est opposé à toi dans la même garde et avec ledit pied droit devant, tu pourras avec la corne de ta Hache prendre la sienne, et sans délai en lui donnant de toute ta force une traction vers toi, tu feras en sorte de la lui enlever des mains ; encore que, si tu n’y parviens pas au moins il s’en suivra ceci : s’il trouve le moyen de t’enlever la tienne des mains, comme tu ferais avec la sienne, lequel y parvenant, tu seras prompt à passer dans ce temps avec ton pied droit en avant en lui poussant avec grande force la pointe[6] de la hache dans le ventre ou dans le pubis sur les testicules, ou dans la gorge, de sorte qu’ayant la force, en précipitant en arrière tu lui fais lever les jambes au ciel.

9. <B024v-4> Mais si tu te retrouves avec ton pied droit devant en guise de porte étroite de fer, et que ton ennemi t’estoque de la pointe de la Hache pour te frapper la gorge ou le pubis ou les pieds avancés, tu pourras faire en sorte de lui prendre dans le même temps avec la corne de ta Hache celle de l’ennemi, en lui donnant une très grande traction vers toi dans l’intention de la lui enlever des mains ; et ce ne sera peut-être pas étonnant, en la lui enlevant, vu que dans ce temps où il donne le coup tu prends sa Hache et tire, lui n’ayant en lui plus la force qu’il pouvait avoir, je porte la ferme croyance que ton projet réussira ; toutefois s’il ne réussit pas, successivement tu passeras vite[7] avec ton pied droit quelque peu en avant en lui donnant de la pointe avec toute ta force dans le pubis sur les testicules, et note que si avec cet art tu seras avisé et courageux, que l’ennemi fasse ce qu’il veut, pourtant rimera contre son gré, vaincu et captif.

10. <B025r-1> Si tu te trouves accommodé avec ton pied gauche devant et en guise de porte étroite de fer pareillement avec la main gauche devant, et que ton ennemi avec les mêmes pied gauche et main devant t’envoie un coup de sa Hache sur la tête, tu pourras passer avec ton pied droit devant en te protégeant du coup ainsi fait avec le talon de ta Hache, en lui donnant ensuite un coup de la pointe de ta Hache dans la gorge, ou encore tu voudras le prendre avec la hampe du talon à la gorge, avec toute ta force vers ton côté droit en tirant de manière que tu le pousses au sol ; et tu le feras tomber bien mieux si ton pied droit se trouve à l’extérieur de son pied gauche.

11. <B025r-2> Si tu trouves ton ennemi avec son pied gauche devant et avec la Hache en guise de garde haute, tu te prépareras avec la Hache en guise de porte de fer étroite et avec ton pied droit devant, et si là ton ennemi passe vite en avant pour t’envoyer un coup de hache à la tête, soudainement tu passeras avec ton pied gauche en avant en te protégeant avec la hampe du talon, et ceci fait tu pourras soudainement lui pousser la pointe du talon dans la gorge, ou encore en le prenant avec la hampe dudit talon à la gorge, le tirer vers ton côté gauche pour que contre son gré il aille par terre.

12. <B025v-1> Tu pourras t’accommoder de cette manière contre ton ennemi, c’est à dire faire en sorte que ton pied gauche soit devant et ta main droite en haut près de la Hache, la gauche étant devant avec le talon, et de cette manière tu chercheras à serrer l’ennemi en faisant que ton pied droit pousse le gauche en avant, en faisant semblant de lui donner des coups de la pointe du talon sur le pied, et parce qu’ainsi il sera contraint d’accompagner le talon de sa Hache avec celui de la tienne, tu pourras lui enlever la Hache des mains de cette manière : toi en lui envoyant avec une très grande force un coup avec la Hache dans le talon de la sienne, lui, sera forcé infailliblement d’abandonner la Hache avec la main gauche, ainsi, successivement tu pourras passer avec ton pied droit en avant en renouvelant un coup au pubis sur les testicules avec la pointe de ta Hache, et avec toute ta force, dans ce temps tu le soulèveras en haut et le pousseras en arrière en l’envoyant de force par terre.

13. <B025v-2> Si ton ennemi s’accommode avec son pied gauche devant et avec le talon de sa Hache de même devant, tu pourras t’accommoder avec ton pied droit devant, en tenant ta main gauche au talon et la droite vers la Hache mais aussi haut que tu pourras, et en lui montrant là de vouloir le frapper avec un coup de hache sur la tête, tu attendras qu’il soulève sa Hache d’une quelconque manière pour se protéger, et dans ce temps tu seras rapide pour lui envoyer un coup de hache à la manière d’un maindroit rond à la jambe avancée, et ainsi tu lui enlèveras la jambe de dessous avec le coup, ou bien tu pourras le prendre avec la corne à ladite jambe en le tirant de force de sorte que contre son gré se couchera à terre.

14. <B026r-1> Mais si tu te retrouves, et pareillement ton ennemi, avec le pied gauche devant, et pareillement avec la même main gauche aussi devant tu pourras passer avec ton pied droit en avant en lui montrant de vouloir donner un coup de hache sur la tête, et comme il voudra s’en protéger d’une quelconque manière, soudainement en reculant quelque peu la Hache en arrière, tu lui pousseras fortement la pointe de la Hache dans le pubis sur les testicules, ou encore tu peux dire dans les testicules, et je dis bien fort que tu le précipite en arrière et il ira par terre.

15. <B026r-2> En te retrouvant encore, toi et ton ennemi, avec le pied gauche devant, et avec la même main aussi en avant, tu pourras lui montrer de vouloir le frapper au visage avec la pointe du talon, et en un instant avec ladite pointe le frapper au pied.

———

[1] Accia « Hache » désigne dans le texte à la fois la l’arme dans son entier et plus spécifiquement juste la tête ou la croix de celle-ci. Le mot Accia « Hache » est en majuscule dans quasiment toutes les occurrences.

[2] Calcio « talon, pied, extrémité inférieure d’une arme d’hast ».

[3] Asta « haste, hampe ».

[4] Acciata « coup de hache ».

[5] Pedale « pied, fût d’un arbre, tronc » mais aussi « manche, anse, poignée ».

[6] Spontone, pointe dans le prolongement du manche de la hache d’arme. Il y a 2 pointes, la pointe du talon (spontone del calcio) vers le bas et la pointe de la hache (spontone de l’accia) vers le haut de l’arme.

[7] Scorrere, littéralement « couler, glisser, défiler, s’écouler », nous prendrons ici « passer vite, passer rapidement ».

DDG

Publicités

L’art de l’épée seule — semaine 17

MS 345 folios 45r – 46v (L’arte de la spada pp. 74 – 75)

79. <A045r-1> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit en avant, et toi à son encontre tu t’accommoderas dans la garde susdite, et là avec une élégante dextérité tu feras semblant de lui pousser une pointe dans la face, et comme il fera un mouvement pour se protéger de ladite pointe, immédiatement tu le frapperas à la main de l’épée au moyen d’une pointe poussée, et cette botte-là doit être faite avec une élégante rapidité, en te plaçant en suite en porte étroite de fer.

80. <A045v-1> Si ton ennemi est accommodé en queue longue avec le pied droit devant, tu t’accommoderas en porte de fer étroite avec le pied droit devant à son encontre, et là tu feras une feinte de lui pousser une pointe dans la poitrine à son côté gauche, et comme il se mettra à se défendre de ladite pointe, immédiatement tu passeras du pied gauche vers son côté droit en cavant ton épée sous la sienne, et ainsi dans un même temps tu feras une demi-volte de main en lui poussant une pointe ferme dans la main de l’épée avec toute la dextérité qu’il sera possible, et après de là, consécutivement tu retireras le pied gauche en arrière en faisant une demi-volte de main, et aussi tu le frapperas de nouveau à la main de l’épée avec une pointe poussée en t’accommodant ensuite avec l’épée en porte de fer étroite.

81. <A045v-2> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite ou en porte de fer étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas avec le même pied avancé en porte étroite de fer, et là tu tireras la jambe droite près de la gauche et de là soudainement tu passeras du pied gauche en avant vers son côté droit en faisant semblant de lui pousser une pointe à la poitrine à son côté droit, et comme il voudra se défendre successivement tu passeras du pied droit en avant quelque peu sur son côté gauche en tirant quelque peu en arrière le poing de l’épée et consécutivement tu feras une autre feinte de lui pousser une pointe dans le visage, et comme il voudra se protéger, toi sans délai tu le frapperas à la main de l’épée d’une pointe poussée ; la jambe gauche doit suivre derrière la droite fidèlement et avec l’épée tu t’accommoderas en porte de fer étroite.

82. <A045v-3> Si ton ennemi est accommodé en porte de fer étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans le même accommodement et là tu feras semblant de lui pousser une pointe dans les flancs à son côté droit, et comme il voudra se défendre de ladite pointe, successivement tu passeras quelque peu du pied droit en avant en tirant dans ce temps la main de l’épée quelque peu en arrière, en cavant ton épée par dessous la sienne vers son côté gauche et aussi, immédiatement avec le temps le plus bref qu’il soit possible, tu le frapperas à la main de l’épée ou bras de celle-ci avec un élégant revers qui ne dépassera pas queue longue étroite.

Anatomie-main-Vinci

Étude anatomique de la main (ca. 1510) par Léonard de Vinci (1452-1519) – The Royal Collection.

83. <A046r-1> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans le même accommodement, et là tu lui donneras avec une dextérité prudente un demi-maindroit dans son épée en la chassant quelque peu vers son côté droit, et successivement tu passeras du pied droit quelque peu en avant en lui tirant une estocade dans la main de l’épée, et comme il marquera une pause ou s’il ne se meut pas, ne rien arrêter, car aussitôt que tu lui auras tiré cette pointe dans la main de l’épée, tu le frapperas d’une autre estocade dans la poitrine et de là, immédiatement tu lui tireras un revers traversé à la main et au bras de l’épée qui ne dépassera pas queue longue étroite.

84. <A046r-2> Si ton ennemi est accommodé avec le pied droit devant en porte de fer étroite, à son opposé tu t’accommoderas dans le même accommodement, et là avec toute la dextérité qu’il sera possible tu lui rabattras son épée avec un revers doublé vers son côté gauche, et de là immédiatement tu passeras quelque peu du pied droit en avant en lui tirant une imbroccade par le haut dans le bras de l’épée ou dans la main de celle-ci en faisant que l’épée s’arrête en porte étroite de fer.

85. <A046r-3> Si ton ennemi est accommodé dans l’accommodement de queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans le même accommodement mais avec le pied gauche devant, et là tu tireras le pied gauche près du droit, et de là avec un élégant déplacement tu passeras du pied gauche quelque peu vers son côté gauche en faisant une fausse taille et consécutivement tu passeras le pied droit en avant en faisant semblant de lui tourner un maindroit, mais dans ce temps tu lui tireras une imbroccade par le haut dans la main de l’épée avec toute la rapidité qu’il soit possible, et successivement tu lui tireras un revers à la main de l’épée, ou au bras de celle-ci, qui descendra en queue longue large, et la jambe gauche doit suivre la droite par derrière en te plaçant ensuite soudainement en queue longue étroite ou en porte étroite de fer pour ta sécurité.

86. <A046v-1> Ton ennemi se trouvant posté dans la garde de porte de fer étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans le même accommodement, et là tu tireras le pied droit près du gauche, et de là avec l’élégance la plus grande qu’il soit possible tu passeras du pied droit de travers vers on côté droit en faisant dans ce déplacement une fausse taille, et successivement tu passeras du pied gauche en avant en montrant de vouloir lui tirer un revers à la tête, mais néanmoins tu lui tireras une imbroccade dans la main de l’épée, laquelle s’arrêtera en guise de garde de licorne, et immédiatement tu passeras du pied droit en avant en faisant une demi-volte de main en lui poussant une estocade dans la main de l’épée, ladite estocade étant accompagnée d’un maindroit au bras de celle-ci avec le temps le plus bref qu’il soit possible, ensuite pour ta sécurité tu t’accommoderas dans l’accommodement de porte étroite de fer.

 DDG

L’art de l’épée seule — semaine 16

MS 345 folios 43v – 44v (L’arte de la spada pp. 72 – 73)

74. <A043v-1> Si ton adversaire se trouve avec l’épée à la présence avec le pied droit ou gauche devant, et toi tu es en porte large de fer avec le pied droit devant, là tu lui tireras une fausse taille de bas en haut à la main de l’épée, et à l’épée même, et soudainement tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tournant consécutivement une autre fausse taille de bas en haut qui passe par la porte large de fer et va trouver la main de l’ennemi sans aller au delà de la garde de face, et de là tu feras une demi-volte de main en dirigeant la pointe de l’épée de sorte qu’elle regarde droit à sa main de l’épée et dans ce temps le pied droit doit aller près du gauche et l’épée doit se trouver en guise de garde de licorne, puis successivement tu passeras du pied gauche en avant en lui tirant une imbroccade par le haut dans la main et le bras de l’épée qui descend en sanglier-porte large de fer, et si l’ennemi te répond avec un coup, soudainement tu passeras du pied droit un grand pas en avant en te protégeant du coup qui vient avec le faux tranchant de l’épée sans dépasser garde de face, en lui donnant immédiatement un maindroit au visage qui descend en porte large de fer, et puis soudainement pour sécurité tu retireras le pied droit en arrière en lui tirant un revers traversé à la main de l’épée qui descendra en queue longue large.

75. <A044r-1> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant tu t’accommoderas dans l’accommodement susdit et là tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en allant avec l’épée en sanglier-porte large de fer, et de là soudainement tu passeras du pied droit en avant en faisant semblant de lui tirer un revers à la main de l’épée et néanmoins tu retireras la main de l’épée quelque peu en arrière en allant en queue longue haute, et dans ce temps tu lui feras une feinte de lui pousser une pointe dans la poitrine de côté gauche et comme il voudra se protéger de ladite pointe successivement tu passeras du pied gauche en avant en cavant ton épée sous la sienne en lui poussant immédiatement une pointe ferme dans la poitrine à son côté droit ; l’épée viendra à se trouver en queue longue haute avec le bras bien étendu devant autant que tu pourras, et de là tu retireras sans délai le pied gauche en arrière en t’accommodant en porte étroite de fer et tu feras que la pointe de ton épée regarde droit à sa main de l’épée.

ritratto_soldato

Portrait d’un soldat (1555-59) par Giovani Battista Moroni (1522 – 1578) – Musée du Prado, Madrid

76. <A044r-2> Je dis que l’ennemi se trouvant en garde de queue longue étroite avec le pied droit devant tu t’accommoderas dans la même garde et là, avec une dextérité prudente, tu lui feras une feinte de pousser une pointe dans la poitrine à son côté gauche et comme il fera un mouvement pour se protéger de ladite pointe, soudainement tu caveras ton épée par dessous la sienne en la mettant dehors avec le faux tranchant de ton épée vers son côté gauche, et aussi, immédiatement tu passeras du pied gauche vers son côté droit en lui tirant un maindroit traversé à la face, mais prudemment parce que si ton adversaire veut se protéger de ce maindroit sans vouloir se laisser mettre dehors avec le faux tranchant mais heurter avec son épée la tienne vers son côté droit pour que tu ne puisses pas l’attaquer du susdit maindroit, toi soudainement tu tourneras ton épée par dessous la sienne en lui poussant une pointe dans la poitrine à son côté gauche, et s’il entreprend à se défendre de cette pointe, soudainement tu passeras avec le pied droit en avant en faisant une demi-volte de main en lui tirant une imbroccade par le haut à la poitrine en faisant descendre l’épée en porte étroite de fer.

77. <A044v-1> Si ton adversaire se trouve accommodé dans la garde susdite de queue longue étroite avec son pied droit devant, tu t’accommoderas en garde de licorne avec le pied droit devant et là tu feras voir de vouloir lui pousser une imbroccade à la poitrine mais avec une grande rapidité tu lui donneras sur son épée un demi-maindroit en l’écrasant au sol, et immédiatement tu lui tireras un demi-revers de bas en haut dans la face en accroissant du pied droit quelque peu en avant dans ce temps, et ledit revers ne doit pas dépasser garde de licorne, et successivement sans aucun délai tu lui tireras une imbroccade par le haut dans la face ou dans le bras de l’épée en faisant que l’épée s’arrête porte étroite de fer.

78. <A044v-2> Ton ennemi se trouvant en queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite avec le pied gauche devant, et là tu lui feras une feinte de pousser une pointe à la poitrine à son côté droit mais néanmoins avec une grande rapidité tu tourneras ton épée par dessous la sienne en passant soudainement du pied droit vers son côté gauche en lui poussant une pointe à la poitrine, la jambe gauche doit suivre derrière la droite avec élégance et l’épée doit se trouver en garde de face ; et si l’ennemi se défend de cette pointe d’une quelconque manière, comme il serait à te la pousser dehors avec le vrai tranchant de son épée, successivement tu passeras du pied droit quelque peu vers son côté gauche en faisant une demi-volte de main, en lui poussant à nouveau une imbroccade dans la poitrine, et tu n’abandonneras jamais l’épée de l’ennemi et de là soudainement tu passeras du pied gauche vers son côté droit en faisant une demi-volte de main et tu iras avec l’épée en garde d’entrée. Là, tu viendras à te trouver à mi-épée de vrai tranchant avec vrai tranchant, mais après que tu sois retrouvé dans une telle action tu passeras du pied droit un grand pas vers son côté gauche en faisant une demi-volte de main, en lui tirant une imbroccade par le haut dans la face, mais du moins, sans abandonner l’épée de la personne de l’ennemi, la jambe gauche doit suivre la droite par derrière avec élégance, et de là soudainement tu feras une demi-volte de main en retournant en garde d’entrée, et consécutivement tu passeras du pied gauche vers son côté droit en lui tournant un revers de bas en haut au bras de l’épée qui monte jusqu’en garde de licorne, la jambe droite doit suivre la gauche par derrière et immédiatement tu passeras du pied droit en avant quelque peu vers son côté gauche en lui tirant de haut en bas une fausse taille à la poitrine et aux bras accompagnée d’un revers à sa main et bras de l’épée, fait avec toute la rapidité qu’il sera possible et temps bref, en faisant de sorte que lorsque la botte susdite sera achevée l’épée s’arrêtera en queue longue étroite, et immédiatement pour ta sécurité tu auras l’œil à sa main offensive, qui elle en voulant te tirer quelque coup, toi à ce moment tu iras à sa main de l’épée avec un demi-maindroit qui s’arrête en porte de fer étroite, ou haute, ou large – comme tu voudras – que tu feras pour ta sécurité.

 DDG

L’art de l’épée seule — semaine 15

MS 345 folios 42r – 43r (L’arte de la spada pp. 71 – 72)

70. <A042r-3> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit ou gauche devant, je veux que tu te disposes à son encontre en façon à la guise de garde de tête afin que l’ennemi soit provoqué à te tirer quelque coup pour t’atteindre la main de l’épée, parce que en étant dans une telle guise il lui paraîtra que la voie est ouverte pour pouvoir, avec son avantage, te heurter la main de l’épée, et tu seras avisé que dans le temps où il pense te cueillir la main de l’épée, toi avec rapidité tu passeras du pied gauche vers son côté droit en faisant une demi volte de main et en lui poussant pointe dans la face, et si lui se protège de ladite pointe d’une quelconque manière, tu feras immédiatement une demi-volte de main en lui poussant à nouveau une autre pointe dans la face en passant quelque peu du pied gauche en avant et le droit doit suivre derrière le gauche, et s’il veut se défendre de cette autre pointe de quelque manière tu seras très rapide à lui faire une prise avec ta main gauche à son épée ou à la main de celle-ci en lui donnant après une pointe dans les flancs.

71. <A042v-1> Si ton ennemi est avec l’épée à la présence avec le pied droit ou gauche devant et toi tu te retrouves en porte large de fer avec le pied droit devant, là je veux que tu retires le pied droit en arrière en levant une fausse taille de bas en haut qui monte jusqu’en garde haute, et de là soudainement tu feras semblant de lui tourner un revers rond à la tempe droite, et comme il voudra se protéger dudit revers, successivement tu passeras du pied droit un grand pas quelque peu vers son côté gauche en tirant le poing de l’épée quelque peu en arrière qui aille jusqu’en queue longue haute en faisant immédiatement semblant de lui pousser une pointe dans la poitrine à son côté gauche, et comme il entreprendra de vouloir se défendre de ladite pointe, toi soudainement tu passeras du pied gauche un grand pas vers son côté droit en faisant une demi volte de main et en lui poussant immédiatement une pointe dans la poitrine à son côté droit la jambe doit suivre la gauche par derrière et de là tu retireras le pied gauche en arrière en faisant une demi-volte de la main en t’accommodant en queue longue étroite.

72. <A043r-1> Si ton adversaire est avec l’épée à la présence avec le pied gauche ou droit devant et toi tu te retrouves en porte étroite de fer avec le pied droit devant à son encontre, je veux que tu retires le pied droit en arrière en faisant une demi-volte de main en t’accommodant en queue longue étroite, et de là soudainement tu retireras le pied gauche quelque peu en arrière en faisant une demi-volte de main en t’accommodant en porte étroite de fer, et successivement tu passeras quelque peu (du pied) droit en avant en allant avec l’épée en queue longue haute et soudainement tu passeras un grand pas du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un demi-maindroit que tu arrêtes en sanglier-porte de fer et là, si l’ennemi tire ou qu’il ne tire pas, tu passeras un grand pas du pied droit en avant en faisant une demi-volte de main en lui poussant une pointe dans la face. Dans ce procédé où tu pousses la pointe susdite, il sera nécessaire que l’épée aille à la manière de garde de tête afin que tu puisses te défendre et frapper dans un même temps, et cette pointe-là doit être poussée à son côté droit, et s’il se défend de ladite pointe en montant son épée en haut, toi successivement tu passeras du pied gauche un grand pas en avant en lui faisant une prise à son épée ou à la main de celle-ci avec ta main gauche et soudainement, après tu lui donneras une pointe dans les flancs.

73. <A043r-2> Si ton ennemi est accommodé en porte large de fer avec le pied droit devant et que tu es accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant à son encontre, tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en faisant une demi-volte de main et en dirigeant une pointe droit à sa main de l’épée en guise de garde d’entrée, et de là soudainement tu laisseras aller ton pied droit quelque peu derrière le gauche en faisant une demi-volte de main et pareillement tu lui dirigeras une pointe droit à sa main de l’épée en guise de garde de licorne, et successivement tu passeras du pied droit en avant en faisant semblant de lui tourner un estramaçon sur la tête, et comme il fera un mouvement pour se défendre dudit coup, toi soudainement tu retireras ta main en arrière en lui tirant une fausse taille de bas en haut qui passe par la garde de porte de fer large, laquelle fausse taille, si possible, doit frapper la main de l’adversaire ou au moins rabattre son épée vers son côté gauche en lui donnant consécutivement un maindroit à la face et au bras de l’épée qui descend en porte large de fer et immédiatement tu t’échapperas du pied droit en arrière en lui tirant un revers à la main de l’épée qui descend en queue longue large pour ta protection.

DDG

L’art de l’épée seule — semaine 14

MS 345 folios 41v – 42r (L’arte de la spada pp. 70 – 71)

67. <A041v-3> Si tu es accommodé en porte large de fer avec le pied droit devant et ton ennemi se place auprès de toi à ton encontre en queue longue étroite, soit avec le pied droit soit avec le pied gauche devant, là tu feras une feinte de vouloir lui tirer une fausse taille de bas en haut à la main de l’épée mais néanmoins tu caveras ton épée par dessous la sienne en lui poussant immédiatement une pointe dans la face à son son côté gauche, et quand tu feras ledit coup du passeras du pied droit quelque peu en avant, et s’il se prépare à se protéger dudit coup de n’importe quelle manière, successivement tu passeras du pied gauche vers son côté droit en lui tournant un revers poussé dans la tempe droite, la jambe droite doit suivre la gauche par derrière et l’épée doit se trouver accommodée en queue longue haute.

68. <A042r-1> Si ton ennemi se trouve en queue longue étroite ou porte étroite de fer avec le pied droit devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite avec le pied gauche devant, et là tu feras une feinte de lui pousser une pointe dans la poitrine à son côté gauche et comme il fera un mouvement pour se protéger de ladite pointe, soudainement tu feras (aller) le pied gauche quelque peu en avant en lui donnant immédiatement un revers poussé dans la main de l’épée, en t’accommodant en suite soudainement en queue longue étroite.

69. <A042r-2> Si ton adversaire est dans l’accommodement qu’il veut, tu t’accommoderas en porte large de fer, et là tu passeras quelque peu de ton pied droit en avant en lu tirant un revers traversé à la main de l’épée qui descende en queue longue large, et successivement tu lui tourneras à ladite main une fausse taille de bas en haut qui ira en guise de garde dessus le bras, et sans aucun délai tu passeras quelque peu du pied droit en avant en lui tirant une fausse taille de bas en haut à l’épée de l’ennemi, et à la main même, qui ne dépasse pas garde de face, immédiatement tu lui frapperas le visage d’un maindroit fendant, ou le bras de l’épée, qui descendra en porte large de fer, puis en suivant, pour ta protection tu retireras le pied droit en arrière en lui tirant un revers traversé à la main de l’épée qui descend en queue longue large.

DDG

L’art de l’épée seule — semaine 13

MS 345 folios 40v – 41v (L’arte de la spada pp. 69 – 70)

62. <A040v-1> Si ton adversaire est accommodé avec son épée à la présence, tu t’accommoderas en porte large de fer avec le pied droit devant à son encontre, et là tu tireras une fausse taille de bas en haut à l’épée de l’ennemi en la lui rabattant dehors vers son côté gauche qui ne dépassera pas garde de face, et successivement tu lui tourneras une autre fausse taille toute semblable à l’autre à la main, et à l’épée même, qui ne dépasse pas garde de face en accroissant quelque peu en avant avec le pied droit dans ce temps. Parce que tournant une autre fausse taille derrière la première à ce côté, lui frapper la main ne sera pas pas une grande merveille – pour la raison qu’après avoir fait la première fausse taille, en te voyant tourner la main, il croira que tu veux lui tirer un revers, et néanmoins tu lui tireras une fausse taille – tu feras en suite soudainement une demi-volte de main en allant pour ta protection en garde de tête, et de là successivement tu feras une feinte de lui tirer un maindroit à la tête mais néanmoins tu lui tireras une fausse taille de bas en haut à la main de l’épée en guise de montant qui ne dépassera pas garde de face ; et si l’ennemi se prépare à se protéger de ladite fausse taille d’une quelconque manière, soudainement tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tournant un demi-maindroit en guise d’estramaçon au bras et à la main de l’épée qui descend en sanglier-porte de fer.

63. <A041r-1> En étant resté dans le paragraphe ci-dessus en sanglier-porte de fer large contre ton ennemi, s’il se prépare à te frapper avec un coup les parties hautes tu seras avisé de te défendre du coup qui vient avec le faux tranchant de l’épée ou avec le vrai tranchant à la guise d’un demi-maindroit, mais de cette manière avec laquelle tu chasses l’épée de l’ennemi vers son côté droit et avec quelle rapidité il sera possible, tu passeras du pied droit en avant en le frappant d’un revers à la face ou au bras de l’épée qui descendra jusqu’en queue longue large, et successivement tu lui tireras une autre fausse taille bas en haut traversée à la main qui ira en guise de garde dessus le bras, et puis soudainement pour ta protection tu retireras le pied droit en arrière en lui tirant un revers à la main de l’épée qui descend en queue longue large.

64. <A041r-2> Si ton ennemi est accommodé avec l’épée à la présence tu t’accommoderas à son encontre avec le pied gauche devant en queue longue étroite, et là tu tireras le pied gauche près du droit, et de là soudainement tu passeras du pied droit en avant en faisant semblant de lui pousser une pointe dans la face à son côté droit, et comme il voudra se défendre de ladite pointe d’une quelconque manière, toi avec toute l’agilité qui soit possible, tu retireras la main de l’épée quelque peu en arrière en lui donnant successivement une fausse taille de bas en haut à la main de l’épée qui va en guise de garde dessus le bras, puis pour ta protection tu tireras le pied droit en arrière en lui tirant un revers à la main de l’épée qui descend en queue longue large

65. <A041v-1> Ton ennemi étant dans l’accommodement qu’il voudra, tu te disposeras en queue longue étroite avec le pied droit devant et là tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un demi-maindroit à la main de l’épée qui ne dépasse pas sanglier-porte étroite de fer, mais s’il a son épée en queue longue longue, que ne survienne pas la possibilité de lui tirer ledit coup à la main de l’épée, ce n’est pas pour autant que tu ne lui fasses pas le susdit procédé, mais de manière avisée afin que l’ennemi soit provoqué à te tirer quelque coup pour te frapper, et comme il tirera une botte, successivement tu lui frapperas la main de l’épée d’un demi-maindroit qui descend en sanglier-porte de fer large, et s’il ne te plaît pas de l’attaquer dudit maindroit, tu pourras lui tirer une estocade dans la main de l’épée en te disposant en suite en queue longue étroite.

66. <A041v-2> Ton adversaire étant dans l’accommodement qu’il voudra, tu t’accommoderas en porte large de fer avec le pied droit devant, et là tu feras une fausse taille de bas en haut qui ne dépasse pas garde de face, et successivement tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en faisant semblant de lui tourner un revers rond à la tempe droite, et comme il voudra se protéger dudit coup, soudainement tu passeras le pied droit devant en lui tirant une fausse taille de bas en haut en guise de montant à sa main de l’épée qui ira en guise de garde dessus le bras et soudainement tu t’échapperas du pied droit en arrière en lui tirant un revers traversé à la main et bras de l’épée qui descend en queue longue large.

DDG

L’art de l’épée seule — semaine 12

MS 345 folios 39r – 40r (L’arte de la spada pp. 67 – 69)

57. <A039r-2> Si ton ennemi est accommodé en porte étroite de fer avec le pied droit devant et toi, tu te retrouves en queue longue étroite avec le pied gauche devant à son encontre, là tu retireras le pied gauche derrière le droit seulement d’une demie paume[1] en faisant une demi-volte de main en t’accommodant en porte étroite de fer et de là, soudainement tu passeras du pied droit un grand pas en avant en donnant à voir de lui pousser une pointe à son côté droit, et comme il voudra se protéger, tu tireras la main de l’épée quelque peu en arrière en ne te laissant pas toucher l’épée et immédiatement tu lui tireras une imbroccade par le haut dans la main de l’épée qui descendra en porte large de fer ; mais quand tu auras retiré le pied gauche derrière le droit d’une demie paume, tu pourras passer du pied droit un grand pas en avant en lui faisant semblant de pousser une pointe à la poitrine à son côté gauche, et comme il voudra se défendre d’une quelconque manière, toi immédiatement, tu caveras ton épée par dessous la sienne en passant du pied gauche en avant et avec toute la rapidité qu’il sera possible tu feras une demi-volte de main en lui poussant une pointe ferme dans la poitrine à son côté droit, l’épée viendra à se trouver en queue longue haute avec le bras bien étendu en avant autant qu’il soit possible.

58. <A039v-1> Si tu es accommodé en porte large de fer avec le pied droit devant contre ton ennemi et qu’il est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant , si tu veux lever le faux tranchant de ton épée de bas en haut à l’épée de l’ennemi pour la rabattre dehors vers son côté gauche pour lui donner consécutivement un maindroit à la face il te sera nécessaire d’être avisé que l’ennemi, dans le lever que tu veux faire du faux tranchant de bas en haut, ne te tire pas un maindroit fortement sur ton épée en la rabattant par force au sol en te donnant successivement une pointe dans la poitrine ou un maindroit à la face ou au bras de l’épée ; toi qui est en porte large de fer tu seras avisé de faire semblant de vouloir lui tirer la fausse taille de bas en haut afin qu’il te tire le maindroit pour t’écraser l’épée, et comme il tireras ledit coup tu écarteras ton épée vers son côté gauche de telle manière qu’il ne te la touche pas avec la sienne mais qu’il aille en vain, et avec toute la rapidité qu’il soit possible tu lui donneras un maindroit dans la face ou une pointe dans la poitrine ou bien tu voudras lui donner une pointe dans la main et le bras de l’épée. Quand tu feras lesdits coups tu passeras du pied droit quelque peu en avant.

Conversion-de-Saint-Paul

La conversion de Saint Paul (ca. 1477-1480) – Luca Signorelli ; Sacristie de Saint Jean, Sainte Maison de Lorette.

 

59. <A040r-1> Si ton adversaire est accommodé avec le pied droit devant avec l’épée à la présence et que tu te retrouves en queue longue étroite avec le pied gauche devant, là tu passeras du pied droit un grand pas de travers vers son côté gauche en lui tirant un revers à la main de l’épée qui descende en queue longue large complètement découvert afin qu’il soit provoqué à te tirer quelque coup, et comme il se préparera à te tirer un coup, tu laisseras aller ta jambe gauche derrière la droite en le frappant d’un maindroit à la main de l’épée, et au bras même, qui descendra en porte large de fer, ou bien au lieu dudit maindroit tu voudras lui pousser une pointe dans la poitrine. L’épée viendra à se trouver en guise de garde d’entrée.

60. <A040r-2> Si ton ennemi est accommodé avec l’épée à la présence avec le pied droit devant et que tu es accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant, là je veux que tu passes du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un maindroit à la main de l’épée qui descendra en sanglier-porte large de fer, et successivement tu passeras du pied droit en avant en levant le faux tranchant de l’épée de bas en haut à l’épée de l’ennemi en la chassant dehors vers son côté gauche de telle manière que l’épée monte jusqu’en garde haute, mais avec la toute la rapidité qu’il sera possible tu lui tireras une autre fausse taille de bas en haut à la main de l’épée, et à l’épée même, en guise de montant qui va jusqu’en garde de face, et soudainement tu lui donneras une pointe poussée dans le visage ou bien à la main ou bras de l’épée en retirant en suite le pied droit derrière en t’accommodant en queue longue étroite.

61. <A040r-3> Si ton ennemi est avec l’épée à la présence avec le pied droit devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite avec le pied droit devant à son encontre, et là tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un demi-maindroit à la main de l’épée qui descende en sanglier-porte de fer large et successivement tu tireras le pied droit près du gauche en levant le faux tranchant de l’épée de bas en haut à l’épée de l’ennemi sans dépasser garde de face, et consécutivement tu passeras du pied gauche en avant en lui tirant un maindroit immédiatement au visage et à la poitrine et au bras de l’épée qui descendra en sanglier porte large de fer. Et si l’ennemi se trouve avoir l’épée à la présence avec son pied droit devant, tu passeras soudainement du pied droit en avant en élevant le faux tranchant de l’épée de bas en haut mais par l’extérieur de l’épée de l’ennemi, c’est à dire par son côté droit en faisant en sorte que ton épée ne touche pas du tout celle de l’adversaire, mais qu’avec toute la dextérité qu’il soit possible tu la tournes autour de la sienne et immédiatement tu passeras du pied gauche en avant en faisant une demi-volte de la main en lui poussant une pointe dans la poitrine par l’extérieur de son épée, c’est à dire par son côté droit ; ton épée viendra à se trouver en queue longue haute avec le bras bien étendu autant que tu pourras.

———

[1] Une demie paume soit environ 5 cm.

DDG