Archives mensuelles : janvier 2015

L’art de l’épée seule — semaine 5

MS 345 folios 31r – 31v (L’arte de la spada pp. 56 – 57)

20. <A031r-1> Queue longue étroite avec le pied droit devant.

En te trouvant accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant contre ton ennemi et que lui soit dans quelque accommodement qu’il veuille, tu le serreras dans ladite garde en faisant que le pied gauche pousse le droit en avant, et dans ce même déplacement tu feindras de lui pousser une pointe dans les flancs en restant avisé, que s’il se prépare à te frapper de quelque coup les parties basses, de lui pousser dans ce même temps une pointe dans la face ou dans la poitrine, tu pourrais encore lui frapper la main de l’épée d’une pointe poussée ou d’un coup de taille comme tu voudras.

21. <A031r-2> mais s’il te tire un maindroit pour te frapper à la tête, tu passeras ton pied droit quatre doigts vers son côté gauche en faisant une demi-volte de main en lui poussant une pointe dans la poitrine, en laissant aller la jambe gauche derrière la droite et bien tourner la personne autant que tu pourras ; si bien que dans cette défense, le coup de l’ennemi, tu devrait t’en protéger avec le vrai tranchant de ton épée et dans ce temps pousser l’épée de l’ennemi à l’extérieur pour mieux lui donner de ladite pointe dans la poitrine et te garantir de son coup.

22. <A031r-3> Tu pourrais encore, en te trouvant dans ladite garde de queue longue étroite avec le pied droit devant, s’il tire un maindroit pour te frapper la tête, faire seulement une demi-volte de main en lui donnant un demi-maindroit dans la main de l’épée ou dans le bras susdit (sic) en tournant dans ce même temps quelque peu la personne et faire que l’épée fasse obstacle en porte étroite de fer ; et s’il se prépare à te frapper avec un revers les parties hautes, toi étant accommodé en porte étroite de fer, tu feras seulement une demi-volte de main en lui donnant un demi-revers sur le poignet de sa main de l’épée et tu tourneras quelque peu la personne et feras que l’épée ne dépasse pas queue longue étroite.

Portrait du condottière Guido Rangone (1485-1539) comte de Modène. Il fut élève de Guido Antonio de Luca comme Achille Marozzo qui lui dédit son Opera Nova (1536). A. Viggiani dit de lui qu’il faisait beaucoup usage de la porte étroite de fer (Quinta guardia stretta, difensiva, perfetta de Viggiani). (Sotheby’s précise que le portrait est fait dans le style de Titien mais ne lui est pas attribué)

 

23. <A031r-4> Si tu es accommodé en porte étroite de fer avec le pied droit devant contre ton ennemi et que lui soit disposé dans un accommodement semblable mais de telle manière que les vrais tranchants des épées se fassent écran l’un l’autre, tu seras avisé que si lui cave son épée par dessous la tienne pour venir te pousser une pointe dans la poitrine, que dans ce temps où il voudra caver l’épée, tu passeras du pied gauche en avant, faisant une demi-volte de main et avec le vrai tranchant de ton épée tu viendras en appuyant la sienne quelque peu vers le bas, vers le sol et aussi avec une vitesse admirable, par derrière son épée tu lui pousseras une pointe dans la poitrine, ta jambe droite doit suivre quelque peu derrière la gauche et l’épée doit se trouver en guise de queue longue haute poussé en avant autant que tu pourras.

24. <A031v-1> Si ton ennemi est accommodé en porte étroite de fer avec le pied droit devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite avec le pied gauche devant, et de là dans tel accommodement tu passeras du pied droit un grand pas en avant, et dans ce déplacement tu feras une demi-volte de main en chassant le vrai tranchant de ton épée dans celle de l’ennemi en la lui pressant quelque peu vers son côté droit et vers le sol, et avec une vitesse admirable tu lui pousseras une pointe dans les flancs par derrière son épée. S’il soulève l’épée en haut ou qu’il pousse la tienne en dehors vers ton côté droit, les épées viendront à se trouver en guise de garde d’entrée, et de là en tel accommodement, tu passeras du pied gauche vers son côté droit en lui tournant un revers fendant sur la tête ou sur la main de l’épée, la jambe droite doit suivre derrière la gauche. S’il ne te plaît pas de le frapper dudit revers, immédiatement tu lui feras une prise avec ta main gauche à la sienne qui tient l’épée ou à l’épée susdite en lui donnant après avec la tienne où tu voudras ; ta jambe droite doit suivre en telle prise derrière la gauche fidèlement.

DDG

Publicités

L’art de l’épée seule — semaine 4

MS 345 folios 29v – 30v (L’arte de la spada pp. 54 – 56)

15. <A029v-2> Si tu es accommodé en porte étroite de fer avec le pied droit devant contre ton ennemi, mais quelque peu bas de la personne, et tenant ton épée qui regarde vers son côté droit, là dans ce genre d’accommodement, tu seras avisé que s’il te tire une estocade ou de tout autre coup pour te frapper dans ton côté droit, tu feras une demi-volte de main en faisant que son coup arrive sur le vrai tranchant de ton épée en passant dans le même temps du pied gauche un grand pas en avant, mais quelque peu vers son côté droit, et dans ce déplacement tu chasseras par derrière son épée une pointe dans la poitrine, et quand tu feras ladite demi-volte de main, ne bouge jamais la pointe de ton épée d’en direction de sa personne, en faisant que lorsque tu donnes le coup susdit, ton épée se pousse de force en avant autant que tu pourras, la jambe doit suivre quelque peu derrière la gauche.

16. <A030r-1> Tu t’accommoderas contre ton ennemi en porte étroite de fer avec le pied droit devant, et tu tiendras le bras de l’épée allongé autant que tu pourras vers ton adversaire, et là dans ce genre d’accommodement tu seras avisé que s’il se prépare à te frapper un coup, tu suivras cet ordre, c’est à dire que :

s’il te tire un coup de quelque manière qu’il veuille pour te frapper les parties basses, toi dans ce même temps tu lui pousseras une pointe dans la face ou dans la poitrine en tirant ton pied droit quelque peu près du gauche et soudainement tu passeras du pied gauche en avant pour mieux l’atteindre de ladite pointe ;

mais s’il te tire un maindroit pour te frapper à la tête alors que tu trouves dans l’accommodement de porte étroite de fer comme il est dit ci-dessus, tu passeras ton pied droit seulement de quatre doigts en avant vers son côté gauche en te protégeant du coup qui vient avec le vrai tranchant de ton épée en guise de garde d’entrée, et en faisant cette défense tu feras tout pour lui pousser une pointe dans la face, la jambe gauche doit suivre quelque peu derrière la droite. Quand tu feras cette défense, tu tourneras la personne autant que tu pourras, c’est à dire que ton épaule soit face à ton ennemi.

Guerrier-en-armure_Sebastiano-del-Piombo

Portrait d’un homme en armure – peinture de Sebastiano del Piombo (1512), Wadsworth Atheneum Museum of Art, Hartford, USA. (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sebastiano_del_Piombo)

 

17. <A030r-2> Mais s’il te tire un revers pour te frapper aux parties hautes alors que tu trouves dans la garde susdite de porte étroite de fer, tu passeras du pied gauche vers son côté droit et dans ce déplacement tu feras une demi-volte de main en te protégeant du coup qui vient avec le vrai tranchant de ton épée en guise de queue longue haute, et aussi dans ce temps tu feras tout ce que tu peux pour le frapper d’une pointe poussée dans la face ou dans la poitrine, la jambe droite doit suivre derrière la gauche en faisant que l’épaule droite soit en droite ligne à la poitrine de ton ennemi.

18. <A030r-3> Mais s’il te tire une estocade ou une imbroccade pour te donner dans la poitrine, en te trouvant en porte étroite de fer tu feras attention de quel côté il la poussera, ou s’il la feindra. Et de quel côté, tu seras avisé que s’il la pousse ou la feint à ton côté gauche pour te donner dans la poitrine, tu jetteras ton pied droit quatre doigts en avant vers son côté gauche en chassant le vrai tranchant de ton épée (dans la) sienne, et dans un même temps tu lui pousseras une pointe dans la poitrine, ta jambe gauche doit suivre derrière la droite fidèlement, l’épée viendra à se trouver en guise de garde d’entrée.

19. <A030v-1> Mais s’il la pousse ou s’il la feint à ton côté droit, tu seras avisé dans ce même temps de faire une demi-volte de main en passant du pied gauche un grand pas vers son côté droit, en lui poussant une pointe impétueuse dans la poitrine, ta jambe droite doit suivre derrière la gauche, l’épée viendra à se trouver en guise de queue longue haute, et aussi en faisant avec ton vrai tranchant tu pousseras en dehors l’épée de l’ennemi.

DDG

L’art de l’épée seule — semaine 3

MS 345 folios 27v – 29v (L’arte de la spada pp. 52 – 54)

9. <A027v-2> Si ton adversaire est accommodé avec l’épée en porte étroite de fer avec le pied droit devant, tu t’accommoderas de manière semblable, et là tu passeras de travers ton pied gauche vers son côté droit, et dans ce déplacement tu feras faux et revers, lequel faux et revers ne va pas pour frapper l’ennemi mais pour le désacommoder afin de pouvoir l’atteindre d’un autre coup. Pour cette raison, il est nécessaire de faire ce faux et revers judicieusement, c’est à dire de façon avisée. L’épée doit s’arrêter en queue longue étroite et la jambe droite doit suivre derrière la gauche. Aussitôt que tu seras arrivé dans un tel accommodement tu feras attention à la manière dont l’ennemi aura la pointe de l’épée, parce que s’il l’a qui regarde à l’extérieur de ton côté droit il te faudra utiliser une façon de faire, et s’il l’a qui regarde à l’extérieur de ton côté gauche il conviendra que tu en fasses une autre.

Mais supposons qu’il la tienne de sorte qu’elle regarde quelque peu à l’extérieur de ton côté droit, successivement tu passeras d’un grand pas du pied droit en avant, en chassant le vrai tranchant de l’épée sur celle de l’ennemi, la chassant et la pressant quelque peu vers le sol, et en même temps tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour lui mettre la pointe de l’épée dans le corps par derrière de son épée. S’il se retire quelque peu en arrière tu outrepasseras sur lui avec le pied gauche en cherchant à lui faire une prise à son épée avec ta main gauche.

10. <A028r-1> Mais si ton ennemi tient l’épée empoignée de telle façon que la pointe regarde vers ton côté gauche et que tu sois arrangé dans l’accommodement de queue longue étroite avec le pied gauche devant, tu seras averti qu’aussitôt que tu verras qu’il a l’épée de telle manière, toi immédiatement, tu passeras du pied droit un grand pas vers son côté gauche, et dans ce même déplacement tu feras une demi-volte de main en chassant le vrai tranchant de la tienne dans celle de l’ennemi en la poussant de toutes tes forces vers son côté droit ou en l’écrasant au sol. Immédiatement, par derrière son épée, tu lui pousseras une pointe dans les flancs, ta jambe gauche doit suivre la droite par derrière, ton épée viendra à se trouver en guise de garde d’entrée en tournant la personne bien autant qu’il soit possible. S’il soulève son épée en haut pour se protéger de ladite pointe, soudainement tu passeras du pied gauche en avant en cherchant de toutes les façons si tu peux lui faire une prise à la main qui tient son épée ou à l’épée même avec ta main gauche.

11. <A028v-1> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant tu t’accommoderas en queue longue étroite mais avec le pied gauche devant, et là tu lui donneras un demi-maindroit dans son épée en la rabattant dehors vers son côté droit, et de là, successivement tu lui feras montre de pousser une pointe dans la poitrine. Comme il voudra se protéger de ladite pointe il sera forcé de se désaccommoder avec l’épée, c’est à dire qu’il ira avec la pointe de l’épée à l’extérieur vers ton côté droit, et tu seras avisé de ne pas le laisser toucher du tout ton épée avec la sienne, mais avec rapidité la caver, la tienne par dessous la sienne, et à ce moment passer du pied droit un grand pas en avant en faisant dans ce temps une demi-volte de main en chassant le vrai tranchant de ton épée dessus la sienne en l’écrasant au sol, et derrière son épée, tu lui pousseras une pointe dans la poitrine de toutes tes forces. Mais si dans ce temps où tu voudras lui donner ladite pointe il se retire vers l’arrière avec un pas, en te tournant avec le poignet un estramaçon pour te donner sur la tête, tu te protégeras dudit estramaçon en allant soudainement avec l’épée en garde d’entrée. Immédiatement tu passeras du pied gauche un grand pas vers son côté droit en lui tournant un revers fendant sur la tête, la jambe droite doit suivre derrière la gauche et l’épée doit d’arrêter en queue longue étroite.

peinture de Girolamo Francesco Maria Mazzola, dit Parmigianino (1524), Musée Capodimonte, Naples (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Parmigianino)

Portrait de Galeazzo Sanvitale – peinture de Girolamo Francesco Maria Mazzola, dit Parmigianino (1524), Musée Capodimonte, Naples (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Parmigianino)

12. <A028v-2> Si ton adversaire est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans la garde susdite, et là tu feras semblant de lui pousser une pointe dans la poitrine de son côté gauche. Comme il voudra se protéger de ladite pointe d’une quelconque manière, c’est à dire qu’il ira avec la pointe de son épée vers ton côté droit, à l’extérieur, il sera alors en ton pouvoir de passer du pied gauche en avant en cavant ton épée par dessous la sienne, et en même temps de chasser le vrai tranchant de ton épée sur la sienne en l’écrasant au sol, et aussi, derrière son épée, tu lui pousseras une pointe dans la poitrine, ta jambe droite doit suivre derrière la gauche. Et s’il se protège de ladite pointe, et qu’il te tourne un maindroit à la tête, tu passeras en même temps de ton pied droit vers son côté gauche en faisant une demi-volte de main, et ainsi tu chasseras le vrai tranchant de ton épée dans ladite botte en lui chassant en même temps par derrière son épée une pointe dans la face ou dans la poitrine, la jambe gauche doit suivre derrière la droite et l’épée doit se trouver en garde d’entrée, et tourner la personne autant que possible derrière ton épée, en t’avisant que lorsque tu chasseras le vrai tranchant de ton épée dans la botte de l’ennemi, tu dois tout faire pour la lui écraser quelque peu vers son côté droit pour pouvoir mieux lui pousser la pointe susdite dans le corps.

13. <A029r-1> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied gauche devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite mais avec le pied gauche devant, et de là tu lui feras semblant de pousser une pointe dans les flancs à son côté gauche, et comme il bougera son épée pour se défendre de ladite pointe, c’est à dire qu’il fera que la pointe de son épée regarde à l’extérieur vers ton côté droit, tu caveras alors ton épée par dessous la sienne en lui chassant le vrai tranchant de ton épée sur la sienne, du milieu en avant vers la pointe, et dans un même temps tu passeras du pied gauche un grand pas en avant en lui chassant une pointe dans la poitrine par derrière son épée. Cependant il est nécessaire de tenir en appuyant avec ton épée la sienne vers le sol autant que tu pourras et dans le même temps de lui pousser la pointe susdite dans sa personne par derrière son épée. S’il soulève l’épée en haut pour se défendre de ladite botte, tu chercheras avec ta main gauche à lui faire une prise à la sienne qui tient son épée.

14. <A029v-1> Si ton adversaire est accommodé en queue longue large avec le pied droit devant, toi à son encontre tu t’accommoderas en queue longue étroite avec le pied droit devant, et là tu feras semblant de lui pousser une pointe dans la poitrine pour lui faire mettre l’épée à la présence, et comme il soulèvera l’épée pour se protéger de ladite pointe, successivement tu caveras ton épée par dessous la sienne en ne te laissant d’aucune manière toucher la tienne. Immédiatement tu passeras du pied gauche vers son côté droit en chassant le vrai tranchant de ton épée sur celle de ton ennemi, et aussi dans un même temps tu lui pousseras une pointe dans la poitrine par derrière son épée, et tu feras tout pour lui écraser quelque peu vers le sol, de toute tes forces pour avoir commodité de mieux le frapper de la susdite pointe, et tu chasseras l’épaule droite en avant autant que tu pourras, la jambe droite suivra quelque peu la gauche par derrière.

 DDG

L’art de l’épée seule — semaine 2

MS 345 folios 26v – 27v (L’arte de la spada pp. 51 – 52)

5. <A026v-2> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant ou en porte étroite de fer, et que toi tu sois accommodé en queue longue étroite mais avec le pied gauche devant, de là tu lui feras montre de lui pousser une pointe dans les flancs à son côté droit. Comme il fera un mouvement[1], successivement tu caveras[2] ton épée par dessous la sienne en passant en même temps de ton pied droit avec un grand pas vers son côté gauche. Dans ce déplacement tu chasseras le vrai tranchant de l’épée dans la sienne en l’écrasant quelque peu vers la terre, ou au moins en la poussant de force un peu vers son côté droit de telle manière que tu lui pousses une pointe d’épée dans les flancs en faisant que ta jambe suive la droite fidèlement par derrière. L’épée viendra à se trouver en guise de garde d’entrée. Cette botte nécessite de faire en sorte que tu forces son épée avec la tienne en voulant que tu aies bon aspect, et ainsi laisser tourner ta personne autant qu’il sera possible parce que cela permettra d’obtenir un plus noble aspect.

6. <A027r-1> Si l’ennemi est accommodé en queue longue étroite avec son pied droit devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite mais avec pied gauche devant à son encontre, et là tu passeras du pied droit un grand pas vers son côté gauche en lui tirant un demi-revers à la main de l’épée qui ne dépassera pas queue longe étroite, ta jambe gauche doit suivre derrière la droite et là, soudainement tu lui montreras de lui pousser une pointe dans la poitrine en lui faisant démonstration d’une demi-volte de main à son côté gauche. Comme il fera quelque mouvements pour se protéger de ladite feinte, successivement tu caveras ton épée par dessous la sienne et tu feras une demi-volte de main en chassant le vrai tranchant de ton épée dans la sienne, et en même temps tu passeras avec un grand pas du pied gauche vers son côté droit en lui poussant par derrière son épée une pointe dans les flancs. Ta jambe droite doit suivre derrière la gauche. Cette botte nécessite de forcer quelque peu son épée vers son côté gauche pour pouvoir le frapper de ladite pointe, et tu tourneras la personne autant que tu pourras, c’est à dire que l’épaule droite soit en face de la poitrine de ton ennemi. L’épée se trouvera là en guise de queue longue haute mais avec la pointe projetée à la personne de l’ennemi le plus possible.

7. <A027r-2> Si tu es accommodé en queue longue étroite avec le pied gauche devant contre ton ennemi, tu seras avisé que s’il a l’épée à la présence mais que la pointe ne regarde pas en droite ligne à sa personne, c’est à dire qu’elle la regarde quelque peu en dehors vers son côté droit, tu t’approcheras adroitement de lui le plus que tu pourras, et soudain tu chasseras le vrai tranchant de ton épée sur celle de l’ennemi en passant en même temps du pied droit un grand pas vers l’avant, en lui poussant par derrière son épée une pointe dans la poitrine. Cette botte nécessite d’écraser l’épée de l’ennemi par force vers le sol, et dans un même temps de pousser une pointe dans le corps, et s’il soulève l’épée vers le haut pour se protéger de ladite pointe, tu passeras soudainement le pied gauche en avant d’un grand pas quelque peu vers son côté droit en lui faisant avec ta main gauche une prise à la sienne qui tient l’épée.

8. <A027v-1> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant ou en porte étroite de fer, tu t’accommoderas à son encontre en queue longue étroite avec le pied gauche devant, et là tu feras une fausse taille[3] ronde[4], laquelle fausse taille ne doit toucher l’épée de l’ennemi pour rien du tout, et successivement tu passeras du pied droit un grand pas en avant quelque peu vers son côté gauche en lui faisant semblant de tirer un maindroit à la tête. Comme lui s’accommodera pour se protéger dudit maindroit, tu abandonneras le projet du maindroit mais avec rapidité, tu chasseras le vrai tranchant de ton épée dans la sienne en la poussant par force si possible vers son côté droit ou vers le sol, et aussi dans un même temps, tu lui pousseras derrière son épée une pointe dans la poitrine, la jambe gauche doit suivre derrière la droite. L’épée viendra à se trouver en guise de garde d’entrée. Dans l’exécution de cette botte tu tourneras la personne autant que tu pourras, c’est à dire que l’épaule droite soit face à ton ennemi.

———

[1] L’auteur utilise movitina, terme inconnu des dictionnaires consultés. Il s’agit peut être de movitiva, terme rare et synonyme de movimento, mossa, commozione.

[2] L’auteur utilise le verbe falazare qu’on trouve aussi sous la forme falaciare avec ou sans redoublement des consonnes « l » et « z/c ». G. dall’Agocchie utilise sfallaz(z)are dans le même contexte. Ces verbes sont inconnus des dictionnaires consultés. Est-ce un verbe formé sur fallacia « tromperie, fallace » ? Le sens du verbe ne pose pas de difficulté et couvre les actions d’escrime moderne que sont le trompement, action de soustraire le fer à une action défensive adverse (parade) et le dérobement, action de soustraire le fer à une action offensive adverse (attaque au fer ou prise de fer) selon les termes de Me Raoul Cléry. G. dall’Agocchie utilise cavare comme synonyme de sfallaz(z)are au folio 24r. Pour respecter la syntaxe de la phrase nous choisissons d’utiliser les équivalents français des mots cavare et cavazzione employés dans les manuels d’escrime du XVIIème siècle : caver et cavation.

[3] Falso : « faux », désigne un coup de taille donné avec le faux tranchant. Selon le contexte on utilisera « faux » ou « fausse taille ».

[4] Tondo : « rond », qualifie un coup de taille horizontal.

DDG