Archives mensuelles : mars 2015

L’art de l’épée seule — semaine 13

MS 345 folios 40v – 41v (L’arte de la spada pp. 69 – 70)

62. <A040v-1> Si ton adversaire est accommodé avec son épée à la présence, tu t’accommoderas en porte large de fer avec le pied droit devant à son encontre, et là tu tireras une fausse taille de bas en haut à l’épée de l’ennemi en la lui rabattant dehors vers son côté gauche qui ne dépassera pas garde de face, et successivement tu lui tourneras une autre fausse taille toute semblable à l’autre à la main, et à l’épée même, qui ne dépasse pas garde de face en accroissant quelque peu en avant avec le pied droit dans ce temps. Parce que tournant une autre fausse taille derrière la première à ce côté, lui frapper la main ne sera pas pas une grande merveille – pour la raison qu’après avoir fait la première fausse taille, en te voyant tourner la main, il croira que tu veux lui tirer un revers, et néanmoins tu lui tireras une fausse taille – tu feras en suite soudainement une demi-volte de main en allant pour ta protection en garde de tête, et de là successivement tu feras une feinte de lui tirer un maindroit à la tête mais néanmoins tu lui tireras une fausse taille de bas en haut à la main de l’épée en guise de montant qui ne dépassera pas garde de face ; et si l’ennemi se prépare à se protéger de ladite fausse taille d’une quelconque manière, soudainement tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tournant un demi-maindroit en guise d’estramaçon au bras et à la main de l’épée qui descend en sanglier-porte de fer.

63. <A041r-1> En étant resté dans le paragraphe ci-dessus en sanglier-porte de fer large contre ton ennemi, s’il se prépare à te frapper avec un coup les parties hautes tu seras avisé de te défendre du coup qui vient avec le faux tranchant de l’épée ou avec le vrai tranchant à la guise d’un demi-maindroit, mais de cette manière avec laquelle tu chasses l’épée de l’ennemi vers son côté droit et avec quelle rapidité il sera possible, tu passeras du pied droit en avant en le frappant d’un revers à la face ou au bras de l’épée qui descendra jusqu’en queue longue large, et successivement tu lui tireras une autre fausse taille bas en haut traversée à la main qui ira en guise de garde dessus le bras, et puis soudainement pour ta protection tu retireras le pied droit en arrière en lui tirant un revers à la main de l’épée qui descend en queue longue large.

64. <A041r-2> Si ton ennemi est accommodé avec l’épée à la présence tu t’accommoderas à son encontre avec le pied gauche devant en queue longue étroite, et là tu tireras le pied gauche près du droit, et de là soudainement tu passeras du pied droit en avant en faisant semblant de lui pousser une pointe dans la face à son côté droit, et comme il voudra se défendre de ladite pointe d’une quelconque manière, toi avec toute l’agilité qui soit possible, tu retireras la main de l’épée quelque peu en arrière en lui donnant successivement une fausse taille de bas en haut à la main de l’épée qui va en guise de garde dessus le bras, puis pour ta protection tu tireras le pied droit en arrière en lui tirant un revers à la main de l’épée qui descend en queue longue large

65. <A041v-1> Ton ennemi étant dans l’accommodement qu’il voudra, tu te disposeras en queue longue étroite avec le pied droit devant et là tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un demi-maindroit à la main de l’épée qui ne dépasse pas sanglier-porte étroite de fer, mais s’il a son épée en queue longue longue, que ne survienne pas la possibilité de lui tirer ledit coup à la main de l’épée, ce n’est pas pour autant que tu ne lui fasses pas le susdit procédé, mais de manière avisée afin que l’ennemi soit provoqué à te tirer quelque coup pour te frapper, et comme il tirera une botte, successivement tu lui frapperas la main de l’épée d’un demi-maindroit qui descend en sanglier-porte de fer large, et s’il ne te plaît pas de l’attaquer dudit maindroit, tu pourras lui tirer une estocade dans la main de l’épée en te disposant en suite en queue longue étroite.

66. <A041v-2> Ton adversaire étant dans l’accommodement qu’il voudra, tu t’accommoderas en porte large de fer avec le pied droit devant, et là tu feras une fausse taille de bas en haut qui ne dépasse pas garde de face, et successivement tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en faisant semblant de lui tourner un revers rond à la tempe droite, et comme il voudra se protéger dudit coup, soudainement tu passeras le pied droit devant en lui tirant une fausse taille de bas en haut en guise de montant à sa main de l’épée qui ira en guise de garde dessus le bras et soudainement tu t’échapperas du pied droit en arrière en lui tirant un revers traversé à la main et bras de l’épée qui descend en queue longue large.

DDG

Publicités

L’art de l’épée seule — semaine 12

MS 345 folios 39r – 40r (L’arte de la spada pp. 67 – 69)

57. <A039r-2> Si ton ennemi est accommodé en porte étroite de fer avec le pied droit devant et toi, tu te retrouves en queue longue étroite avec le pied gauche devant à son encontre, là tu retireras le pied gauche derrière le droit seulement d’une demie paume[1] en faisant une demi-volte de main en t’accommodant en porte étroite de fer et de là, soudainement tu passeras du pied droit un grand pas en avant en donnant à voir de lui pousser une pointe à son côté droit, et comme il voudra se protéger, tu tireras la main de l’épée quelque peu en arrière en ne te laissant pas toucher l’épée et immédiatement tu lui tireras une imbroccade par le haut dans la main de l’épée qui descendra en porte large de fer ; mais quand tu auras retiré le pied gauche derrière le droit d’une demie paume, tu pourras passer du pied droit un grand pas en avant en lui faisant semblant de pousser une pointe à la poitrine à son côté gauche, et comme il voudra se défendre d’une quelconque manière, toi immédiatement, tu caveras ton épée par dessous la sienne en passant du pied gauche en avant et avec toute la rapidité qu’il sera possible tu feras une demi-volte de main en lui poussant une pointe ferme dans la poitrine à son côté droit, l’épée viendra à se trouver en queue longue haute avec le bras bien étendu en avant autant qu’il soit possible.

58. <A039v-1> Si tu es accommodé en porte large de fer avec le pied droit devant contre ton ennemi et qu’il est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant , si tu veux lever le faux tranchant de ton épée de bas en haut à l’épée de l’ennemi pour la rabattre dehors vers son côté gauche pour lui donner consécutivement un maindroit à la face il te sera nécessaire d’être avisé que l’ennemi, dans le lever que tu veux faire du faux tranchant de bas en haut, ne te tire pas un maindroit fortement sur ton épée en la rabattant par force au sol en te donnant successivement une pointe dans la poitrine ou un maindroit à la face ou au bras de l’épée ; toi qui est en porte large de fer tu seras avisé de faire semblant de vouloir lui tirer la fausse taille de bas en haut afin qu’il te tire le maindroit pour t’écraser l’épée, et comme il tireras ledit coup tu écarteras ton épée vers son côté gauche de telle manière qu’il ne te la touche pas avec la sienne mais qu’il aille en vain, et avec toute la rapidité qu’il soit possible tu lui donneras un maindroit dans la face ou une pointe dans la poitrine ou bien tu voudras lui donner une pointe dans la main et le bras de l’épée. Quand tu feras lesdits coups tu passeras du pied droit quelque peu en avant.

Conversion-de-Saint-Paul

La conversion de Saint Paul (ca. 1477-1480) – Luca Signorelli ; Sacristie de Saint Jean, Sainte Maison de Lorette.

 

59. <A040r-1> Si ton adversaire est accommodé avec le pied droit devant avec l’épée à la présence et que tu te retrouves en queue longue étroite avec le pied gauche devant, là tu passeras du pied droit un grand pas de travers vers son côté gauche en lui tirant un revers à la main de l’épée qui descende en queue longue large complètement découvert afin qu’il soit provoqué à te tirer quelque coup, et comme il se préparera à te tirer un coup, tu laisseras aller ta jambe gauche derrière la droite en le frappant d’un maindroit à la main de l’épée, et au bras même, qui descendra en porte large de fer, ou bien au lieu dudit maindroit tu voudras lui pousser une pointe dans la poitrine. L’épée viendra à se trouver en guise de garde d’entrée.

60. <A040r-2> Si ton ennemi est accommodé avec l’épée à la présence avec le pied droit devant et que tu es accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant, là je veux que tu passes du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un maindroit à la main de l’épée qui descendra en sanglier-porte large de fer, et successivement tu passeras du pied droit en avant en levant le faux tranchant de l’épée de bas en haut à l’épée de l’ennemi en la chassant dehors vers son côté gauche de telle manière que l’épée monte jusqu’en garde haute, mais avec la toute la rapidité qu’il sera possible tu lui tireras une autre fausse taille de bas en haut à la main de l’épée, et à l’épée même, en guise de montant qui va jusqu’en garde de face, et soudainement tu lui donneras une pointe poussée dans le visage ou bien à la main ou bras de l’épée en retirant en suite le pied droit derrière en t’accommodant en queue longue étroite.

61. <A040r-3> Si ton ennemi est avec l’épée à la présence avec le pied droit devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite avec le pied droit devant à son encontre, et là tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un demi-maindroit à la main de l’épée qui descende en sanglier-porte de fer large et successivement tu tireras le pied droit près du gauche en levant le faux tranchant de l’épée de bas en haut à l’épée de l’ennemi sans dépasser garde de face, et consécutivement tu passeras du pied gauche en avant en lui tirant un maindroit immédiatement au visage et à la poitrine et au bras de l’épée qui descendra en sanglier porte large de fer. Et si l’ennemi se trouve avoir l’épée à la présence avec son pied droit devant, tu passeras soudainement du pied droit en avant en élevant le faux tranchant de l’épée de bas en haut mais par l’extérieur de l’épée de l’ennemi, c’est à dire par son côté droit en faisant en sorte que ton épée ne touche pas du tout celle de l’adversaire, mais qu’avec toute la dextérité qu’il soit possible tu la tournes autour de la sienne et immédiatement tu passeras du pied gauche en avant en faisant une demi-volte de la main en lui poussant une pointe dans la poitrine par l’extérieur de son épée, c’est à dire par son côté droit ; ton épée viendra à se trouver en queue longue haute avec le bras bien étendu autant que tu pourras.

———

[1] Une demie paume soit environ 5 cm.

DDG

L’art de l’épée seule — semaine 11

MS 345 folios 37v – 39r (L’arte de la spada pp. 65 – 67)

49. <A037v-1> Si ton ennemi est accommodé en garde que queue longue large avec le pied gauche devant et que tu te retrouves en porte étroite de fer avec le pied droit devant à son encontre, tu seras avisé s’il te tire une fausse taille de bas en haut à ton épée afin que tu l’abattes au sol pour lui donner consécutivement une pointe dans la poitrine ou un revers au visage. Cette fausse taille là, l’ennemi la tirera malicieusement pour que tu fasses la botte susdite ; tu te prépareras à lui tirer une botte dès que tu auras pris la première fausse taille il t’atteindra immédiatement avec une autre fausse taille de bas en haut à la main de l’épée.

50. <A037v-2> Son contraire est, qu’en te trouvant en porte étroite de fer avec le pied droit devant et lui en queue longue large avec le pied gauche devant, qu’à la première fausse taille qu’il tirera dans ton épée tu ne bougeras pas mais soudainement tu lui feras une feinte de pousser une pointe à la poitrine afin qu’il te tire la fausse taille susdite pour te heurter la main, tu la pareras avec le vrai tranchant de l’épée en la repoussant à l’extérieur vers on côté gauche à la manière d’un revers doublé, et avec toute la rapidité qu’il soit possible tu passeras du pied droit quelque peu en avant en lui tirant une imbroccade par le haut dans les flancs ou dans le ventre qui descendra en porte large de fer.

51. <A038r-1> Si ton ennemi est resté en porte large de fer avec le pied droit devant tu t’accommoderas en porte haute de fer avec le pied droit devant, il pourra tirer une fausse taille de bas en haut à ton épée qui ne passe pas du tout dessus ton épée, mais avec rapidité il devra passer quelque peu du pied droit en te donnant une fausse taille dans ta main de l’épée ou en te donnant une pointe poussée dans cette main, puis en s’accommodant ensuite en porte étroite de fer ; en t’avisant s’il se prépare, après que tu aies tiré la première fausse taille ou qu’il l’ait battue à terre pour te donner ensuite un coup de pointe ou un maindroit à la face ou au bras de l’épée, qu’en tirant l’autre fausse taille tu l’atteindras mieux que s’il ne faisait aucun mouvement ; encore tu pourrais l’atteindre quand il ne bouge pas.

Minerve_Lavinia-Fontana-2-Borghese

Minerve s’habillant (1613), Galerie Borghese, Rome – Peinture par Lavinia Fontana (1552-1614), peintre maniériste née à Bologne. C’est une des premières femmes peintre de l’époque moderne avec Sofonisba Anguissola (1532-1625) et Artemisia Gentileschi (1593-1652). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Lavinia_Fontana

52. <A038r-2> Si tu es accommodé en queue longue étroite ou en porte étroite de fer avec le pied droit devant contre ton ennemi, et lui te tire une fausse taille de bas en haut qui naît de queue longue large avec le pied droit ou avec le pied gauche devant, je veux que tu lui donnes dans ladite fausse taille un revers doublé en la chassant dehors vers son côté gauche en lui donnant conséquemment une imbroccade par le haut dans le ventre en passant du pied droit dans ce temps quelque peu en avant, l’épée descendra en porte large de fer.

53. <A038r-3> Si tu es accommodé en queue longue étroite ou porte étroite de fer avec le pied droit devant et que ton ennemi te tire une fausse taille qui naît de porte large de fer, je veux que tu lui tires dans ladite fausse taille un maindroit fortement en la lui chassant dehors vers son côté droit, en lui donnant ensuite une pointe dans la poitrine ou un revers à la jambe avancée qui descendra en queue longue large en passant du pied droit quelque peu en avant quand tu feras cette botte.

54. <A038v-1> Si ton ennemi est accommodé en porte étroite de fer avec le pied droit devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite avec le pied gauche devant à son encontre, et là tu lui feras une feinte de lui tirer un maindroit sur le poignet de la main de l’épée afin qu’il se mette à vouloir se protéger dudit coup avec le faux tranchant de son épée et puis te donner conséquemment un maindroit à la face ou au bras de l’épée, tu seras avisé que comme il voudra se défendre dudit coup tu tireras la main de l’épée quelque peu en arrière en ne te laissant pas toucher l’épée par la sienne, et avec toute la rapidité qu’il sera possible tu lui frapperas la main de l’épée avec un demi-maindoit qui descendra en sanglier-porte étroite de fer, et quand tu feras ladite frappe tu passeras du pied gauche en avant quelque peu, et s’il te répond avec un coup tu passeras du pied droit en avant en te protégeant du coup qui vient avec le faux tranchant de ton épée qui ne dépasse pas la garde de face, en lui donnant immédiatement un maindroit au visage et à la poitrine et au bras de l’épée qui descendra en porte large de fer.

55. <A038v-2> Si tu es accommodé en porte large de fer avec le pied droit devant contre ton ennemi et lui est dans l’accommodement de queue longue étroite ou porte étroite de fer avec son pied droit devant, si tu veux de cet accommodement lui donner une fausse taille dans la face, il te faudra faire une feinte de lui tirer une fausse taille de bas en haut à la main de l’épée et à cette épée, et comme il fera un mouvement pour se protéger de ladite fausse taille, et même s’il ne bouge pas, tu caveras la tienne par dessous la sienne en la lui rabattant avec un demi-maindroit à l’extérieur vers son côté droit et soudainement tu passeras du pied droit quelque peu en avant en lui donnant immédiatement une fausse taille dans la tempe droite et successivement tu lui tireras un revers fendant au bras de l’épée qui descende en queue longue large.

56. <A039r-1> Si tu es accommodé en queue longue large avec le pied droit devant contre ton ennemi et lui est accommodé en porte étroite de fer ou queue longue étroite avec le pied droit devant, si tu veux lui donner une fausse taille de bas en haut dans la face, il sera nécessaire que tu fasses une feinte de lui tirer une fausse taille de bas en haut à la main de l’épée, et à elle (n.d.t.: l’épée), et comme il se mettra à se protéger de ladite fausse taille, et même s’il ne bouge pas, tu caveras ton épée sous la sienne en passant du pied droit quelque peu en avant , tu rabattras l’épée de l’ennemi avec le vrai tranchant de ton épée vers son côté gauche en la mettant dehors, et immédiatement tu lui donneras une fausse taille de bas en haut dans la tempe gauche, puis en lui tirant successivement un maindroit fendant à la poitrine et au bras de l’épée qui descendra en porte étroite de fer.

DDG

L’art de l’épée seule — semaine 10

MS 345 folios 36r – 37r (L’arte de la spada pp. 63 – 65)

44. <A036r-1> Si ton ennemi est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant tu t’accommoderas à l’opposé en queue longue étroite avec le pied gauche devant et là tu lui tireras une estocade vissée à la main de son épée mais de manière avisée, afin qu’il ne puisse pas la rabattre avec son épée, en passant du pied gauche quelque peu en avant dans ce temps, et aussi tu laisseras aller successivement l’épée en queue longue longue et tu retireras ton pied gauche près du droit et immédiatement tu passeras du pied droit en avant en faisant une feinte de lui tirer une imbroccade par le haut dans la face et comme il voudra se défendre de ladite imbroccade tu tireras le poing de l’épée quelque peu en arrière en ne te laissant pas trouver l’épée par la sienne et sans délai tu recroîtras du pied droit quelque peu en avant en faisant une autre fois feinte de vouloir lui tirer une imbroccade par le haut au visage et aussi tu abandonneras le projet d’imbroccade en lui donnant immédiatement un demi-maindroit dans son épée en la lui chassant dehors vers son côté droit, et aussi, immédiatement tu lui tourneras un demi-revers dans la face en faisant que ton pied droit accroisse dans ce temps quelque peu en avant et tu feras que l’épée ne dépasse pas queue longue étroite ; et si ton adversaire te répond avec un coup pour te frapper les parties hautes tu laisseras aller ton pied gauche derrière l’autre en faisant dans ce temps une demi-volte de main en parant son coup avec le vrai tranchant de l’épée et aussi dans ce temps tu lui pousseras une pointe dans la poitrine, l’épée doit se trouver en garde d’entrée et tu tourneras bien la personne autant que tu pourras et de là tu retireras ton pied droit en arrière en faisant une demi-volte de main accommodé en queue longue étroite.

45. <A036v-1> Si ton ennemi est accommodé en porte étroite de fer avec le pied droit devant tu t’accommoderas à son encontre en dans la même garde et là tu feras une feinte de lui pousser une pointe à la personne, mais de manière avisée afin qu’il soit provoqué à faire quelques gestes avec l’épée, et comme il bougera l’épée de telle sorte que tu puisses lui donner un coup ou rabattre avec le faux tranchant de la tienne la sienne vers son côté gauche, tu devras le lui faire et par la suite tu passeras du pied gauche vers son côté droit en lui poussant une pointe dans la face, en faisant que l’épée s’arrête après en sanglier-porte étroite de fer ; et s’il se protège de ladite pointe d’une quelconque façon et conséquemment se prépare à vouloir te frapper d’un coup aux parties hautes, tu te protégeras du coup qui vient avec le vrai tranchant de ton épée en passant soudainement du pied droit en avant en lui faisant acte et geste de vouloir tirer une imbroccade par le haut au visage, et s’il veut se protéger de ladite imbroccade tu tourneras par la suite un maindroit traversé à la main de l’épée ou tu voudras le frapper à la jambe avancée en lui tirant le maindroit susdit et aller successivement après avec un demi-maindroit de bas en haut à la main de l’épée. Mais s’il ne te plaît pas de vouloir lui frapper de maindroit tu pourras bien lui faire une feinte de lui tourner le maindroit pour lui abîmer la tête et néanmoins tu lui tireras une fausse taille de bas en haut en guise de montant à sa main de l’épée qui s’arrête en garde de face et de là, soudainement tu lui tireras une estocade vissée dans le visage, et lui en voulant se protéger de ladite estocade, toi sans aucun délai, tu passeras du pied gauche un grand pas vers son côté gauche en lui tournant un revers fendant sur la tête ou sur la main de l’épée, ta jambe droite doit suivre derrière la gauche et l’épée doit se trouver accommodée en queue longue étroite

46. <A037r-1> Si ton adversaire est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas à son encontre en queue longue étroite avec le pied gauche devant, et là dans cet accommodement tu passeras du pied droit en avant et dans ce déplacement tu donneras du faux tranchant de ton épée dans celle de l’ennemi en la lui rabattant dehors vers son côté droit et conséquemment tu lui tireras un revers rond au visage et comme il voudra se protéger dudit revers, soudainement tu passeras de ton pied gauche sur son côté droit en faisant une demi-volte de main en lui poussant une pointe dans la face à son côté droit et successivement tu passeras du pied droit en avant en lui tournant un revers doublé[1] de bas en haut au bras de l’épée, lequel ne doit pas dépasser la garde de licorne et conséquemment tu lui tireras une imbroccade par le haut dans la poitrine qui descendra en porte de fer étroite.

47. <A037r-2> Si ton adversaire est accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant et que tu te retrouves dans l’accommodement susdit tu seras avisé que s’il veut te rabattre ton épée vers son côté droit avec un demi-maindroit pour te frapper conséquemment d’une pointe dans la poitrine ou d’un revers au visage ou d’une fausse taille à la face en passant du pied droit dans ce temps quelque peu en avant, tu feras ce contraire, c’est à dire comme il pense rabattre ton épée avec le demi-maindroit comme il est dit ci-dessus, tu ne le laisseras pas trouver ton épée avec la sienne mais avec rapidité tu caveras par dessous la sienne la laissant aller en vain, et immédiatement tu lui frapperas le bras de l’épée avec un demi-maindroit, et s’il ne te plaît pas de l’attaquer avec ledit demi-maindroit, tu pourras passer du pied gauche en avant quand tu auras cavé ton épée par dessous la sienne en lui poussant avec toute la vitesse qu’il soit possible une pointe dans la poitrine, l’épée venant à se trouver en queue longue haute avec le bras bien étendu en avant autant qu’il sera possible.

48. <A037r-3> Le contraire de ce contraire ci-dessus sera que, en te trouvant toi et ton ennemi en queue longue étroite avec le pied droit devant comme il est dit dans le paragraphe précédent, je veux que tu lui tournes un demi-maindroit dans l’épée qui ne dépasse pas porte de fer étroite en lui rabattant son épée sur son côté droit afin qu’il ne se laisse pas prendre comme il est dit ci-dessus mais qu’il cave par dessous la tienne pour te donner un maindroit ou te pousser une pointe dans la poitrine ; tu seras avisé que dans le temps où il cavera son épée sous la tienne tu passeras du pied gauche en avant en faisant une demi-volte de main et aussi tu lui pousseras une pointe dans la poitrine et dans un temps tu te protègeras du coup de l’ennemi et l’épée viendra à se trouver en queue longue haute avec le bras bien étendu devant autant que tu pourras. S’il ne te plaît pas d’utiliser cette façon de frapper tu pourras, après que tu aies tiré le demi-maindroit et qu’il ait cavé son épée sous la tienne pour te frapper de la susdite botte, successivement te protéger avec le faux tranchant de l’épée en chassant celle de l’ennemi vers son côté gauche, et avec toute la vitesse qu’il soit possible tu lui donneras un maindroit à la face ou au bras de l’épée qui ne dépassera pas porte étroite de fer ; quand tu feras ledit coup tu passeras du pied droit quelque peu en avant ou bien tu voudras passer du pied gauche vers son côté droit en laissant la jambe droite aller derrière la gauche.

———

[1] Ridopio, littéralement « redoublé ». Dans notre texte il ne s’applique qu’aux revers de bas en haut, jamais aux maindroits. La spécificité de ce revers doublé par rapport à un revers de bas en haut simple n’est pas claire. Pour les coups vraiment redoublés l’auteur utilise radupiato, redupiato, ridupiato. Notons que ridopio est venu à désigner les coups diagonaux, revers ou maindroits, ascendants chez les auteurs italiens du XVIème siècle.

DDG