Archives mensuelles : mai 2015

Pause !…

Il n’y a pas de traductions de prévues pour cette semaine et rien de certain pour les semaines suivantes.

Les beaux jours sont là, les mois de mai et juin sont denses,  et forcément je suis moins souvent devant mon écran, et le temps qu’il reste, je dois le partager avec d’autres activités et d’autres projets AMHE ou non.

Pause temporaire dis-je, le temps de prendre un peu de recul sur les 100 jeux déjà traduits. Je dois y reporter quelques corrections mineures, rajouter une numérotation plus simple, indexer les jeux pour faire apparaître la structure interne du texte ou à défaut faire apparaître les éléments remarquables, et surtout, constituer et mettre en ligne le glossaire. Il y a aussi des articles que j’aimerai produire notamment sur la manière que les auteurs bolonais ont d’enseigner et d’expliquer leur art des armes. Cela prend du temps tout ça…

DDG

Publicités

L’art de l’épée seule — semaine 20

MS 345 folios 49r – 50r (L’arte de la spada pp. 78 – 80)

96. <A049r-1> Si ton ennemi se trouve avec le pied droit devant, avec l’épée à la présence, tu t’accommoderas dans l’accommodement de queue longue étroite avec le pied droit devant, et là tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un demi-maindroit à la main de l’épée qui ne dépasse pas sanglier-porte de fer étroite, et de là tu passeras du pied droit en avant en faisant semblant de lui tirer une fausse taille de bas en haut, mais néanmoins tu caveras ton épée par dessous la sienne en la lui rabattant avec le faux tranchant vers son côté droit, et successivement tu lui tireras un revers traversé à la face ou au bras de l’épée qui ne dépasse pas queue longue étroite ; et s’il veut se défendre dudit revers d’une quelconque manière, soudainement tu passeras du pied gauche vers son côté droit en tournant ton épée par dessous la sienne sans faire de volte de main, tu lui pousseras une pointe ferme dans la poitrine, l’épée viendra à se trouver dans l’accommodement de queue longue haute avec son bras bien allongé en avant autant qu’il soit possible, et de là tu t’échapperas en arrière avec le pied gauche en t’accommodant dans la garde de porte étroite de fer.

97. <A049r-2> Si ton adversaire se trouve dans l’accommodement de queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans l’accommodement susdit, et là tu retireras en arrière le pied droit en lui tirant une estocade vissée à sa main de l’épée, et de là successivement tu tireras le pied gauche près du droit en laissant aller l’épée en queue longue longue, puis avec toute la dextérité qu’il soit possible tu passeras du pied droit en avant en faisant semblant de lui tirer une imbroccade par le haut à la face, et néanmoins tu passeras immédiatement du pied gauche en avant en faisant une demi-volte de main en lui poussant par son côté droit une pointe dans la poitrine ; et s’il veut se défendre de ladite pointe, sans délai tu passeras du pied droit en avant en lui tirant en bas au visage, à la poitrine et aux bras un maindroit fendant qui descend en porte large de fer, et ceci étant fait, tu retireras ensuite le pied droit en arrière en te plaçant dans la garde de queue longue étroite.

Hallebardier1

Portrait d’un hallebardier (Francesco Guardi ?), 1528 – 1530 ; portrait par Jacopo Carucci di Pontormo (1494 – 1557) ; J. Paul Getty Museum, Los Angeles. Sources http://www.getty.edu/art/collection/objects/824/pontormo-jacopo-carucci-portrait-of-a-halberdier-francesco-guardi-italian-florentine-1528-1530/ et http://it.wikipedia.org/wiki/Alabardiere

98. <A049v-1> Ton adversaire se trouvant dans la garde de queue longue étroite ou porte étroite de fer avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans la garde de queue longue étroite avec le pied gauche devant, et là tu passeras avec le pied droit un grand pas en avant en lui poussant une pointe à son côté droit qui va jusqu’en garde de face de telle manière que tu viennes à te trouver avec le faux tranchant de ton épée accompagnée dans celle de ton ennemi, et de là successivement tu feras une demi-volte de main en lui tirant une imbroccade dans la face, et comme il voudra se protéger de ladite imbroccade, immédiatement tu lui tourneras avec le poignet un revers traversé dans la face, et quand tu feras ledit coup tu jetteras le pied droit quelque peu vers son côté gauche, l’épée ne doit pas dépasser queue longue étroite, et immédiatement sans aucun délai tu passeras du pied gauche vers son côté droit en lui tournant un revers fendant dans la tête, la jambe droite doit aller en rond derrière la gauche et l’épée ne doit pas dépasser queue longue haute avec son bras bien allongé en avant autant qu’il soit possible.

99. <A049v-2> Si ton adversaire est accommodé en garde de queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans le même accommodement, et là avec une élégante dextérité tu lui feras voir de pousser une pointe dans la poitrine à son côté gauche, et comme il voudra se protéger de ladite pointe, successivement tu caveras ton épée par dessous la sienne en passant dans ce temps avec le pied gauche vers son côté droit en lui donnant un maindroit fendant à la face ou au bras de l’épée avec toute la rapidité qu’il soit possible, la jambe droite doit suivre quelque peu derrière la gauche et l’épée viendra à se trouver en sanglier-porte de fer étroite, et là tu passeras du pied droit en avant en faisant une fausse taille de bas en haut à l’épée de ton adversaire, et de là soudainement tu lui feras voir de tourner un revers dans la tempe droite, mais rapidement tu laisseras tourner ton épée à la manière d’un estramaçon en lui donnant immédiatement un maindroit fendant au visage ou au bras de l’épée en faisant que ledit coup s’arrête en porte étroite de fer.

100. <A050r-1> Ton ennemi se trouvant dans la garde de queue longue étroite avec le pied droit devant et toi dans la garde de porte large de fer, je veux que tu passes quelque peu le pied droit en avant, et dans ce déplacement que tu fasses semblant de lui pousser une pointe dans la poitrine à son côté gauche, et comme il voudra se défendre de ladite pointe, successivement tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en tirant le poing de l’épée, et caver ton épée par dessous la sienne en lui donnant immédiatement un revers fendant à travers le bras de l’épée en laissant aller le pied droit derrière le gauche, et l’épée doit se trouver accommodée dans la garde de queue longue étroite.

DDG

L’art de l’épée seule — semaine 19

MS 345 folios 47v – 48v (L’arte de la spada pp. 77 – 78)

91. <A047v-2> Si ton ennemi est accommodé dans l’accommodement de queue longue étroite avec le pied gauche devant tu t’accommoderas dans le même accommodement et avec un déplacement artificieux tu passeras du pied droit en avant en lui montrant de vouloir lui pousser une pointe dans les flancs à son côté gauche ; parce qu’il retire en arrière son pied gauche en te tirant dans ce temps un maindroit à ta main de l’épée qui descende en porte de fer étroite ou large, tu seras avisé que lorsqu’il fera une telle action, tu te garderas très bien la main de l’épée du coup susdit, et puis ensuite tu passeras de ton pied gauche en avant, en le serrant avec ton épée sur la sienne en guise de queue longue étroite ou sanglier-porte étroite de fer, et de là soudainement tu lui donneras une pointe poussée dans le ventre en retirant après ton pied gauche en arrière, en t’accommodant en queue longue étroite ou porte étroite de fer.

92. <A048r-1> En te trouvant accommodé en garde de queue longue étroite avec le pied droit devant contre ton ennemi, et que lui soit dans le même accommodement ou dans la garde de porte étroite de fer, tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en lui tirant un demi maindroit à la main de l’épée qui ne dépasse pas sanglier-porte de fer étroite, et de là successivement tu passeras du pied droit en avant en levant une fausse taille de bas en haut de telle façon que tu ne trouves pas l’épée de l’ennemi, mais je veux bien que tu l’enveloppes par dessus la sienne par son côté droit à la façon d’un cercle rond, en passant consécutivement avec el pied gauche en avant tu lui pousseras une pointe ferme dans la poitrine à son côté droit, l’épée viendra à se trouver en guise de queue longue haute avec le bras de celle-ci bien allongé le plus possible, et de là soudainement tu retireras le pied gauche en arrière en lui poussant une pointe dans la main de l’épée puis en te plaçant dans la garde de porte étroite de fer.

SpadaDaLato_Bologna

Épée (spada da lato), Italie, milieu du XVIe siècle. Longueur totale : 117 cm ; poids : 1,210 Kg. Reproduction Deltin, l’original est au Museo Civico Medievale de Bologne.

93. <A048r-2> Si tu es accommodé dans la garde de queue longue étroite avec le pied gauche devant contre ton ennemi, tu seras avisé que s’il te tire un coup quelconque pour te frapper n’importe quelle partie de la personne, tu reculeras le pied gauche derrière le droit, seulement de quatre doigts, en lui donnant dans ce temps un demi-maindroit à la main de l’épée qui ne dépasse pas porte étroite de fer, et de là soudainement tu passeras du pied droit en avant en faisant semblant de lui pousser une pointe dans la poitrine à son côté gauche, et comme il voudra se défendre de ladite pointe, successivement tu caveras ton épée par dessous la sienne en passant du pied gauche à cet instant en avant, et aussi tu lui poussera une pointe ferme dans la poitrine à son côté droit, l’épée viendra à se trouver dans la garde de queue longue haute, et là tu retireras le pied gauche en arrière en te plaçant en queue longue étroite.

94. <A048v-1> Si ton ennemi se trouve avec l’épée à la présence avec son pied droit devant, tu t’accommoderas dans l’accommodement de garde de licorne avec le pied droit devant, et là tu feras semblant de lui tirer une imbroccade dans la poitrine, mais néanmoins dans cette action lui tireras en bas à la poitrine et au bras de l’épée un fendant qui ne dépasse pas porte de fer étroite, et de là successivement tu avanceras sur lui avec le pied gauche en lui poussant une pointe ferme dans la poitrine à son côté droit, et l’épée viendra à se trouver en queue longue étroite avec le bras bien allongé en avant autant qu’il soit possible ; ceci étant fait, tu retireras ensuite le pied gauche en arrière en te plaçant dans la garde de porte étroite de fer.

95. <A048v-2> Ton ennemi se trouvant accommodé en queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans le même accommodement, et là avec toute l’élégante dextérité qu’il soit possible tu passeras du pied gauche de travers vers son côté droit en faisant semblant de lui pousser une pointe dans les flancs à son côté droit, et comme il voudra la parer, soudainement tu passeras du pied droit vers son côté gauche en tirant le poing de l’épée quelque peu en arrière, et ainsi immédiatement tu lui tireras un revers traversé à la face ou au bras de l’épée qui descende jusqu’aux pieds de l’ennemi, et s’il fait à la suite une riposte pour te frapper, immédiatement tu laisseras aller ton pied gauche quelque peu derrière le droit en le frappant dans la main de l’épée d’un demi-maindroit ou d’une pointe poussée comme tu voudras, en te plaçant ensuite dans l’élégante garde de porte étroite de fer.

DDG

L’art de l’épée seule — semaine 18

MS 345 folios 46v – 47v (L’arte de la spada pp. 75 – 76)

87. <A046v-2> Ton ennemi étant dans l’accommodement de queue longue étroite avec son pied droit devant, tu t’accommoderas dans le même accommodement, et là tu lui tireras une estocade vissée dans la main de l’épée, en accroissant quelque peu avec ton pied droit en avant, et de là soudainement tu remettras ton épée dans la garde précédente, et successivement tu lui feras semblant de pousser une pointe dans la poitrine à son côté gauche en passant du même pied quelque peu en avant à ce moment, et comme il voudra se protéger de ladite pointe d’une quelconque manière, soudainement tu lui frapperas la main de l’épée avec une estocade vissée ou le bras de celle-ci, la jambe gauche doit suivre la droite par derrière en se plaçant ensuite dans la garde de queue longue étroite avec le pied droit devant.

88. <A046v-3> Si ton ennemi est accommodé en queue longue large ou étroite avec le pied droit ou le gauche devant, tu t’accommoderas en queue longue étroite avec le pied droit devant, et là tu lui tireras une estocade vissée à la main de l’épée en tirant ensuite le pied droit quelque peu à côté du gauche en laissant aller l’épée en queue longue longue, puis en passant successivement du pied gauche quelque peu vers son côté droit tu lui tireras une imbroccade par le haut, soit au bras de l’épée, soit à la face comme tu voudras, et de là soudainement tu passeras du pied droit en avant en laissant tourner l’épée par ton côté gauche en montrant de lui tirer une imbroccade renversée à la face qui va jusqu’en garde d’entrée ; et s’il veut se protéger de ladite botte d’une quelconque manière, soudainement tu lui tourneras un revers doublé de bas en haut, tiré à son bras de l’épée et à l’épée même qui ne dépasse pas garde de licorne, et successivement tu lui tireras une imbroccade par le haut à la poitrine qui descendra en porte de fer étroite ou large, comme tu voudras.

89. <A047r-1> Si ton ennemi est accommodé dans l’accommodement de queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas à son encontre avec le pied gauche devant, et là tu passeras du pied droit quelque peu vers son côté gauche en faisant une demi-volte de main en lui poussant une pointe à la poitrine sur son côté gauche, ta jambe gauche doit suivre la droite par derrière, et comme il se protégera avec son épée de ladite pointe, toi, tu n’abandonneras pas son épée avec la tienne et ainsi tu viendras à te trouver à mi-épée vrai tranchant avec vrai tranchant en guise de garde d’entrée, et de là soudainement tu passeras à nouveau du pied droit quelque peu en avant en faisant une demi-volte de main en lui poussant à nouveau une imbroccade dans la face, et comme il entreprendra de vouloir se défendre de ladite imbroccade, successivement tu caveras ton épée sous la sienne en lui chassant immédiatement à son côté droit une pointe ferme dans la poitrine en passant dans ce temps du pied gauche vers son côté droit, et la jambe droite doit suivre derrière la gauche, et si par hasard il se protège de la botte susdite, soudainement tu retireras le pied gauche en arrière en lui poussant une pointe dans la main de l’épée en te plaçant ensuite dans la garde de porte de fer étroite.

90. <A047v-1> Si ton adversaire est dans l’accommodement de porte étroite de fer ou en queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans la garde que queue longue étroite avec le pied droit devant, et là avec une élégante dextérité tu feras voir de vouloir lui frapper la main de l’épée avec un demi-maindroit mais néanmoins dans cette feinte tu tourneras ton épée par dessous la sienne en passant du pied gauche en avant dans ce temps, et aussi tu feras une demi-volte de main en lui poussant une pointe ferme dans la poitrine à son côté droit, et s’il se protège de ladite pointe[1] en poussant ton épée à l’extérieur vers son côté gauche en guise de queue longue haute de telle façon que tu ne puisses le frapper, tu seras admirablement avisé de tirer ton pied gauche près du droit en t’éloignant avec la personne pas mal de l’ennemi le plus que tu pourras et en cavant ton épée par dessous la sienne, en passant dans ce temps du pied droit vers son côté gauche, en faisant semblant de lui pousser une pointe dans la poitrine à sa gauche, et comme il fera un mouvement pour se protéger de ladite pointe, successivement tu passeras du pied gauche vers son côté droit en tournant ton épée par dessous la sienne, en lui chassant immédiatement une pointe ferme dans la poitrine en guise d’imbroccade par le haut à son côté droit – et toutes les pointes fermes vont de cette façon –, et de là ensuite soudainement tu retireras le pied gauche en arrière en lui donnant un demi-revers à la main de l’épée qui ne dépasse pas queue longue étroite.

———

[1] L’auteur a proposé une fin alternative à cette pièce avant de la barrer et de la réécrire. De fait nous avons une pièce <A047v-1bis> avec le passage biffé en italique, entre crochet : Si ton adversaire est dans l’accommodement de porte étroite de fer ou en queue longue étroite avec le pied droit devant, tu t’accommoderas dans la garde que queue longue étroite avec le pied droit devant, et là avec une élégante dextérité tu feras voir de vouloir lui frapper la main de l’épée avec un demi-maindroit mais néanmoins dans cette feinte tu tourneras ton épée par dessous la sienne en passant du pied gauche en avant dans ce temps, et aussi tu feras une demi-volte de main en lui poussant une pointe arrêtée dans la poitrine à son côté droit, et s’il se protège de ladite pointe {immédiatement tu passeras du pied droit en avant en faisant une demi-volte de main en lui poussant une autre pointe dans la face ou dans sa main de l’épée, et soudainement tu lui tireras un maindroit au bras de celle-ci avec le temps le plus bref qu’il soit possible, puis pour ta sécurité tu t’accommoderas en porte étroite de fer}.

DDG